Finalement (et je donne ici ma réponse la plus directe à la question de savoir comment résoudre les problèmes d'asymétrie de care), le care est meilleur quand il est exercé de manière démocratiques. "Deux têtes valent mieux qu'une", dit le proverbe. La "triangulation" est une forme plus efficace de navigation et de recherche. Le modèle dyadique du care n'est pas seulement inadéquat, il n'est pas, d'un point de vue normatif, un bon modèle de care. Le care, comme d'autres aspects de la vie humaine, tire bénéfice d'être accompli par le plus grand nombre. Alors qu'il y a une limite à l'extension de tout cercle donné de care, il existe des façons d'essayer de s'assurer que les cercles de care sont assez larges pour garantir une offre suffisante de qualité.
(…)
D'autre part, après avoir étudié attentivement les crashs d'avions, les formateurs des pilotes ont remarqué que si les membres d'équipage s'en tenaient à la compréhension de la situation offerte par le pilote, ils étaient souvent incapables de corriger une erreur. Une fois que les pilotes et les membres de l'équipage ont appris à reconnaître leurs erreurs, à comprendre que les erreurs ne sont pas des signes de faiblesse mais qu'elles sont naturelles, ils pouvaient travailler à résoudre les problèmes de manière plus efficace dans le cadre d'une hiérarchie plus aplanie. L'aplanissement des hiérarchies fournit de meilleures chances de prévenir des erreurs sérieuses. (En fait, beaucoup de théories utopistes ne permettent pas que les enfants soient élevés par leurs familles.)

Joan Tronto, Care démocratique et démocraties du care in Qu'est ce que le care ?, Souci des autres, sensibilité, responsabilité, Pascale Molinier, Sandra Laugier, Patricia Paperman (dir.), trad. Bruno Ambroise, Paris, Petite bibliothèque Payot, 2009, p. 53-54.